Mercoledì 21 Agosto 2019

Follow us on Facebook
 Home Français » Partage » Europe » Pour ne pas rester inconséquents! 

Pour ne pas rester inconséquents!   versione testuale


Du contexte au Texte : j’ai été stimulée par cet appel/ orientation/ mise au point de l’essentiel, que j’ai écouté pendant la projection du message vidéo du prof. Jürgen Moltmann, résumé de l’expérience du Congrès National CEI pour le Dialogue Œcuménique (Milan 19 au 21 novembre) sur le thème : ‘Que ton cœur garde mes préceptes’ (Pr. 3, 1). Une création à conserver par des fidèles responsables, en réponse à la parole de Dieu.
Le contexte culturel, social, économique et politique est devant nos yeux, en changement rapide, toujours plus complexe et inquiétant. Le Texte, Parole de Dieu, et la Création vue comme un livre de révélation, restent une promesse. Ensemble il nous est possible de donner notre réponse au Créateur qui nous appelle à la responsabilité.
Pendant les trois journées du Congrès, plusieurs voix ont lu la crise de notre contexte actuel comme une crise de foi et de spiritualité authentique. En tant que chrétien il est urgent que nous ne restions pas inefficaces, et pour que cela soit possible il nous faut transformer notre regard et notre style de vie, vivre la foi du Ressuscité et autant que possible exprimer cela par notre vie.
Les relations, les interventions des diverses confessions religieuses présentes, la participation de l’expérience personnelle des diocèses, ont été véritablement à la hauteur d’un Congrès synodal, né du partage et de la confrontation entre l’Eglise Catholique, l’Archidiocèse Orthodoxe d’Italie et de Malte, le Patriarcat Œcuménique de Constantinople, l’Eglise Apostolique Arménienne, le Diocèse Copte Orthodoxe de Saint Georges à Rome, l’Eglise d’Angleterre, le Diocèse Orthodoxe Roumain en Italie, la Fédération des Eglises Evangéliques en Italie.
Le désir et la difficulté de partager une synthèse personnelle des rencontres et des contenus si riches et denses (les Actes seront publiés officiellement), m’ont conduite à mettre l’accent sur trois paroles clefs du Congrès : maintenant, partage, œcuménisme/écologie.
MAINTENANT : c’est encore un temps de révélation, révélation de nos limites et en même temps de nos possibilités, le temps exact pour agir ensemble comme chrétiens, dépassant le désarroi et la peur. Le temps d’enrayer l’épuisement de l’énergie de la terre – notre maison commune – qui est blessée et qui souffre, en écoutant notre foi et les experts. L’histoire parlera de nous comme des hommes et des femmes qui ont su ou n’ont pas su saisir l’urgence du moment et éviter le désastre, désormais prévisible.
PARTAGE : c’est la modalité nécessaire pour vivre à la table de la fraternité, réconciliés avec nos propres limites, avec les autres, avec la terre, pour nous mettre en réseau et faire circuler les idées, la prière, l’expérience, l’amitié, en contraste avec le climat ambiant de rancœur et de violence. Hommes et femmes d’appartenances diverses nous sommes appelés à envisager une nouvelle alliance, à sauvegarder les différences et à partager. Nous avons des identités différentes mais nous participons à une même humanité.
OECUMENISME et ECOLOGIE : les deux termes ont comme racine ‘oikos’, maison, habitation. L’œcuménisme habite la diversité qui, paradoxalement, est un chemin vers l’unité d’origine, un espace pour la différence et le dialogue. L’écologie regarde la terre et son équilibre, dénonçant l’actuelle dégradation de l’environnement et la crise spirituelle de l’homme qui ne veut pas reconnaître et gérer la terre comme un don sacré.
L’homme, que Dieu a voulu gardien et cultivateur de la terre (Gen. 1, 28. 2, 15), doit redevenir protecteur de la création, la reconnaitre comme une sœur, vivre l’humble espérance que François d’Assise appellerait ‘minoritas’, évitant deux extrêmes : l’arrogance et le désintérêt qui, de fait, rendent esclaves des idoles modernes.
Œcuménisme et écologie sont un travail à faire ensemble, un engagement à garder maintenant et dans l’avenir.
Une pensée de V. Havel (politique et écrivain, président de la République Tchèque de 1993 à 2003) exprime bien la qualité de l’espérance à laquelle nous sommes appelés, même lorsque nous ne voyons pas de solution immédiate : l’Espérance n’est pas un optimisme facile. Ce n’est pas la conviction que quelque chose peut se transformer en bien. C’est la certitude que chaque chose a un sens, peu importe la façon dont elle finit.
 
Tarcisia Carnieletto, fmm - Italie
 
Credits - Copyright 2000-2018. All Rights Reserved, Franciscan Missionaries of Mary - Generalate - Via Giusti, 12; 00 185 Roma, Italy