Mercoledì 23 Ottobre 2019

Follow us on Facebook
 Home Français » Les 7 Martyres de Chine » Marie de Sainte Nathalie 

Marie de Sainte Nathalie   versione testuale


(Jeanne-Marie Kerguin - française - 36 ans)

 
Elle naît le 5 mai 1864 à Belle-Isle en Terre, en Bretagne.
Fille de paysans humbles et pauvres, elle connaît les jeux
simples des enfants du village: courir par monts et par vaux, porter des fleurs à la statue de la Vierge.

Elle apprend à lire à l’école du village, et en même temps à tisser, à faire la cuisine, à s’occuper des animaux domestiques... Elle va au catéchisme et se prépare avec soin à sa profession de foi. Peu après, encore enfant, elle perd sa maman et doit faire face au travail de la maison, mais déjà le désir de se donner totalement à Dieu fait son chemin en son cœur.

En 1887, elle frappe à la porte du noviciat de France, proche de son village, qui reçoit la jeune Bretonne dont les yeux bleus révèlent l’âme transparente jusqu’au fond. Elle travaille à la ferme, s’occupe des vaches, fait la lessive... Sa joie naît de la conviction profonde que «tout est grand pour qui l’accomplit avec grandeur d’âme». Pour elle deux choses suffisent pour être sainte: être unie intimement à Dieu, et aimer en accomplissant concrètement les petits services de chaque jour...

Après le noviciat, elle est envoyée à Paris où la pauvreté est rude. Marie de Sainte Nathalie la supporte avec joie. Ses sœurs l’appellent «frère Léon» en souvenir de Léon, compagnon cher à François d’Assise. Son premier départ fut pour Carthage en Afrique du Nord, mais elle tomba malade et dut revenir en Italie. Peu à peu, elle découvre le secret de la croix et elle écrit:
                                          
 «...Je suis contente d’avoir à souffrir. Lorsqu’on souffre, on se détache
de la terre. Dieu veut que je l’aime plus que tout, Lui qui a été si généreux
pour moi et m’a fait tant de bien depuis que je suis au monde.» 
 
En mars 1899, elle est destinée à la nouvelle fondation de Taiyuanfu. Peu après l’arrivée en Chine, sa santé sera une grande préoccupation pour la communauté. Plusieurs mois au lit avec le typhus. Elle souffre sans arrêt avec une patience incroyable et finalement recouvre peu à peu quelques forces. Le travail ne lui manque pas... mais le 9 juillet, avec toutes ses compagnes, la jeune Bretonne aux yeux bleus sera décapitée. «N’ayons pas peur… La mort c’est seulement Dieu qui passe.» ... avait-elle dit plusieurs fois.
 
 
Credits - Copyright 2000-2018. All Rights Reserved, Franciscan Missionaries of Mary - Generalate - Via Giusti, 12; 00 185 Roma, Italy