Lunedì 9 Dicembre 2019

Follow us on Facebook
 Home Français » Partage » Europe » Une visite mystérieuse d’en haut - Iles Féroé 

Une visite mystérieuse d’en haut - Iles Féroé   versione testuale

S Florence Lee est missionnaire aux Iles Féroé depuis plus de 10 ans. Engagée
au jardin d’Enfants à Tórshavn, elle nous présente la mission fmm et nous raconte
une rencontre extraordinaire avec «le médecin le plus compétent du monde». 


                           

Il y a 10 ans, au moment de mes vœux en Corée, j’étais envoyée à la province de Belgique,
Hollande, Islande, Féroé, et c’est aux îles Féroé que j’étais destinée.
En Corée, nous n’avions aucune idée d’où elles se situaient ! J’ai eu du mal pour apprendre
le français, puis et surtout la langue féroïenne.

En sortant de l’avion, je me suis sentie au désert: on ne voyait aucun arbre, la terre était
sèche et assoiffée. À présent, je sais admirer les paysages pittoresques et pierreux de
ces îles souvent balayées par des vents violents. Dépendant du Danemark, elles forment
une province autonome de 50 000 habitants. Sans compter 80 000 moutons et des millions
d’oiseaux! Le poisson représente l’essentiel des exportations. Tórshavn est la capitale,
dédiée au dieu viking Thór.

Arrivées en 1931, les FMM ont pris en charge école primaire, crèche et jardin d’enfants.
À présent, en dehors du jardin d’enfants, le reste appartient à la commune.
Nous sommes six fmm: trois retraitées encore actives, les autres se partageant entre
jardin d’enfants et accueil des enfants après l’école.

             

Engagées aussi à la paroisse (170 fidèles, étrangers plus que féroïens), nous sommes
une rare présence catholique dans ce pays en majorité luthérien. Nous avons de bonnes
relations, personnelles et lors des rencontres œcuméniques. Je garde aussi contact avec
certaines jeunes femmes étrangères: ces rencontres toutes simples nous permettent de
partager nos joies, nos soucis et notre vie de foi. Engagée au jardin d’enfants, mon plus
grand défi est de me convertir au lieu de vouloir convertir les autres !

             

J’apprends à grandir de jour en jour et Dieu me parle par la bouche des enfants. Un jour,
quelques garçons de ma classe jouaient au «médecin-malades». L’un d’eux vient vers
moi avec son stéthoscope. Je lui demande:

- « Comment va mon cœur ? »
- « Pas bien. »
- « Pas bien ? Pourquoi ? »
- « Parce que tu ne parles pas beaucoup avec Jésus. »

Une réponse tellement inattendue ! Je me demande si j’ai bien compris.
- « Tu dis que je parle beaucoup avec Jésus ou pas beaucoup ? »
- « Pas beaucoup. »

Sa réponse est catégorique, puis il part ailleurs. Je reste stupéfaite, surtout à cause
du mauvais état de mon cœur. J’ai envie de lui dire que je passe pas mal de temps à
la chapelle. Mais je me tais. Un peu plus tard, je lui pose la question:
- « Comment va ton cœur, alors ? »
- « Bien. »
- «Tu parles beaucoup avec Jésus ?»
- « Oui »
- « Combien de fois ? »
- « Cent fois »
- « Où parles-tu ? À la maison ou à l’église ? »
- « Partout. »

Je suis de nouveau bouche bée. Il importe bien sûr de réserver un temps spécial à la chapelle
mais cela ne suffit pas. C’est dans le champ que l’ange du Seigneur parle aux bergers pour
annoncer la bonne nouvelle; c’est dans la maison qu’il parle à Marie pour l’inviter au projet
sublime de Dieu pour le monde; c’est au bord de la mer que Jésus parle aux pêcheurs pour
les appeler à une nouvelle vie. Croire et reconnaître le Seigneur présent partout et en toute
personne, c’est ainsi qu’Il peut parler avec moi et moi avec Lui, partout et même
plus de cent fois !

À présent je suis d’accord avec le diagnostic de mon cardiologue et avec le remède qu’il
m’a donné sans le savoir ! En y repensant, j’ai du mal à croire que ce n’est que le jeu
d’un gamin de 5 ans, bien qu’il soit plein de fantaisie et d’idées géniales. Il me semble
que j’ai eu une visite mystérieuse d’en haut à travers lui.

Florence Lee, fmm
Credits - Copyright 2000-2018. All Rights Reserved, Franciscan Missionaries of Mary - Generalate - Via Giusti, 12; 00 185 Roma, Italy