Venerdì 22 Novembre 2019

Follow us on Facebook
 Home Français » B.se Marie de la Passion » Un Chemin dans l'Esprit 

Un Chemin dans l'Esprit   versione testuale

/fmm/allegati/17/Barra-Maria-delaPas2.png
 

«Une vie, c’est un cheminement éclairé par un visage.
Beaucoup le sentent et le vivent, mais n’osent le penser
».

Jacques de Bourbon Busset (écrivain et diplomate français)


Le visage qui a éclairé le cheminement de Marie de la Passion, Fondatrice des Franciscaines Missionnaires de Marie, a toujours été celui de Dieu.

Dès sa plus tendre enfance jusqu’à la fin de sa vie, Marie de la Passion, femme profondément intuitive, s’est laissée conduire
par l’Esprit, toujours de plus en plus consciente et émerveillée de sa présence en elle et autour d’elle.

Quand le 6 janvier 1877, à 37 ans, elle entreprend l’aventure de fonder l’Institut des Franciscaines Missionnaires de Marie, elle ne peut deviner ce qui lui adviendra. Mais, elle se remet dans les mains de Celui qui l’aime profondément et Dieu fait son œuvre en elle.  

Qui est-elle ? Comment s’est-elle laissée conduire ?

Hélène Marie Philippine de Chappotin de Neuville, en religion Marie de la Passion, naît le 21 mai 1839, mardi de Pentecôtes, à Nantes, en France, d'une noble famille chrétienne.
 
Dès l'enfance, elle manifeste des dons naturels éminents et une foi profonde, bien que marquée par la rigidité et le pessimisme d’une éducation à tendance janséniste. Elle cherche à savoir la raison de ce qui l’entoure et en s’interrogeant, elle découvre en elle la présence cachée de Dieu.

Cette connaissance sera un chemin la conduisant de l’Esprit en elle à l’Esprit présent en tous et dans le monde entier, une brèche vers plus de lumière. Elle lui sera aussi un chemin de conversion qui, avec l’aide de sa mère, en particulier, l’aidera à mettre peu à peu sa nature fière, indépendante et passionnée au service de son ouverture innée aux autres, spécialement aux pauvres. Le décès successif d’une cousine très aimée et de ses deux sœurs la marque douloureusement.

                  /fmm/allegati/17/Maria%20P.jpg

/fmm/allegati/17/1-site.jpg

Le Fort - Demeure de la famille de Marie de la Passion

En avril 1856, alors qu'elle suit des exercices spirituels, elle fait une première expérience de Dieu qui se révèle en elle, pendant la bénédiction eucharistique: « Je t’aimerai toujours plus que tu ne m’aimeras » et qui l'appelle à une vie de donation totale. La mort imprévue de sa mère en retarde cependant la réalisation. En décembre 1860, avec le consentement de l'évêque de Nantes, elle entre au monastère des Clarisses où l'attire l'idéal de simplicité et de pauvreté de Saint François d’Assise.

Encore postulante, le 23 janvier 1861, elle fait une autre expérience de Dieu qui l'invite à s'offrir « en victime », pour l'Église et pour le Pape, selon l’expression du temps. Cette expérience marquera toute sa vie. Cependant, peu de temps après, elle tombe gravement malade et doit quitter le monastère. Quand son rétablissement est complet, son confesseur l'oriente vers la Société de Marie Réparatrice. Admise en mai 1864, elle reçoit, le 15 août de la même année, à Toulouse, l'habit religieux avec le nom de Marie de la Passion.
 
En mars 1865, encore novice, elle est envoyée en Inde dans le Vicariat apostolique du Maduré, confié à la Compagnie de Jésus. Là, les Réparatrices travaillent à la formation des sœurs d'une congrégation autochtone, ainsi qu'à d'autres activités apostoliques. C'est donc au Maduré que Marie de la Passion prononce ses vœux temporaires le 3 mai 1866.
 
Ses dons et ses vertus la font désigner comme supérieure locale, puis, en juillet 1867, comme supérieure provinciale des trois couvents des Réparatrices. Sous sa direction les œuvres d'apostolat se développent, la paix - troublée par des tensions antérieures - est rétablie dans les communautés où la ferveur et la régularité refleurissent.
 
Mais, comme François d’Assise avait trouvé sa voie à travers
la maladie et la prison, Marie de la Passion trouvera la sienne
en traversant des épreuves venues de ce qu’elle chérit :
la congrégation à laquelle elle appartient et, plus tard,
l’Eglise, dans ses responsables.
 
Dieu continue à agir en elle …
 
 
Credits - Copyright 2000-2018. All Rights Reserved, Franciscan Missionaries of Mary - Generalate - Via Giusti, 12; 00 185 Roma, Italy